Transmédia & Storytelling

Transmédia : les grands principes pour que ça marche!

Publié
Untitled-Banner Transmédia : les grands principes pour que ça marche!

Le transmédia est un grand mot, un bien grand mot sur lequel on colle beaucoup de choses. Notion fourre-tout, le transmédia est sans nul doute le nouvel outil de communication, de fidélisation et de promotion de ces prochaines décennies. Mais derrière ce mot, qu’y a-t-il exactement? Je vous propose d’identifier les grands principes du transmédia, ce qui fait la valeur ajoutée de cette nouvelle forme de communication.

Définir un univers fictionnel complexe

Que vous soyez une marque de service, de vente ou que vous soyez une oeuvre audiovisuelle, si vous voulez faire du transmédia, il faut raconter des histoires. Pour cela, rien de mieux que créer un univers fictionnel. Mais cela ne suffit pas : cet univers doit être complexe! J’entends par là qu’il doit permettre une extension, un prolongement quasi infini! Pourquoi? Parce que votre univers sera diffusé sur plusieurs médias et que le public saura s’en emparer si votre univers est complexe! Si vous vous contentez de créer une simple histoire avec un personnage principal à qui il arrive une broutille, cela ne fonctionnera pas… Inspirez-vous des grandes sagas américaines telles que Matrix, Harry Potter, le Seigneur des Anneaux ou encore les Marvel! Si chacun de ces films vient d’un genre différent, ils ont tous un point commun : leur univers peut s’étioler à l’infini, sur plusieurs supports, de plusieurs manières!

41545 Transmédia : les grands principes pour que ça marche!

Faire en sorte que votre univers fictionnel soit cohérent

C’est bien joli de créer un univers complexe qui peut se prolonger à l’infini, sur lequel on peut inventer plein de petites histoires, mais s’il n’y a aucune cohérence entre vos histoires, autant abandonner le transmédia sur le champ. Prenons un exemple simple avec la saga Harry Potter. Vous connaissez sûrement dans les grandes lignes l’univers de ce best-seller : le monde est peuplé de sorciers et sorcières qui vivent parmi nous, nous gens normaux sans pouvoirs magiques. Les jeunes sorciers et sorcières sont initiés dans l’école de magie Poudlard pour apprendre à se servir et à contrôler ce pouvoir à l’aide de baguettes magiques, de potions, de formules magiques, etc. Imaginez maintenant que d’un coup, sans crier gare, ces jeunes sorciers se retrouvent avec des ailes d’anges, tandis que les Mangemorts (les grands méchants de l’histoire) se retrouvent avec des cornes de démon… Vous comprenez l’analogie? Dans Harry Potter, la religion n’a pas sa place, donc des sorciers avec des ailes et des méchants avec des cornes, ce n’est pas cohérent… C’est comme si l’on mettait une reine abeille tueuse à la place des machines dans Matrix. Pour faire bref, quel que soit l’histoire que vous comptez développer sur un support, il faut toujours garder en tête les valeurs et messages véhiculés par votre univers.

Le transmédia c’est penser à sa communauté de fans

Un projet transmédia ne peut se penser sans son public, c’est ce que nous explique Henry Jenkins lorsqu’il parle de cette notion, et tous les professionnels sont d’accord avec lui. Car c’est la valeur ajoutée du transmédia : permettre au public de participer, particulièrement aux fans. Bien sûr, on pourrait tenter de répondre ici à la question de savoir qui de la stratégie de communication ou de la communauté de fans vient en premier… Mais ce serait trop complexe. Pour expliciter un peu plus le propos (et tenter de vous convaincre), sachez qu’Oasis à augmenté ses ventes et le nombre de ses fans sur les réseaux sociaux grâce à sa stratégie de transmédia storytelling. En somme, il faut immerger son public dans l’univers fictionnel que vous avez crée. Pour cela, il faut penser un projet interactif : web série, jeux vidéos, concours, enquêtes, etc. Les exemples foisonnent, mais nous en avons choisi un qui montre bien ce qu’est l’interaction dans le cadre d’un projet transmédia : la campagne de promotion pour The Dark Knight. Why so serious est une campagne transmédia de  2007, lancée 15 mois avant la sortie du film, plongeant les fans dans l’univers DC Comics. Plusieurs points d’entrée ont été investis par le projet (médias sociaux, blogs, événements réels, affichage, etc) afin qu’aucun fan ne puisse échapper à la campagne. Le but? Disséminer des indices un peu partout pour que les fans s’emparent du phénomène et enquêtent de leur côté afin de trouver la réponse à l’énigme. Et c’est ainsi que des millions de fans ont pu s’emparer du phénomène et décortiquer le moindre indice sur tous les supports diffusés. Résultat : un énorme succès pour le film et des récompenses! 2008-the-dark-knight-batman-movie-poster-8 Transmédia : les grands principes pour que ça marche!

Mais l’on peut aussi imaginer des choses moins compliquées que les jeux de réalité alternatives (ou ARG): des petits concours, mettre en avant les fans les plus actifs, leur envoyer des contenus exclusifs, les enjoindre à participer par des fan-fictions, des affiches ou autre. Le but en soi est de faire en sorte que le public s’empare de l’univers pour le faire sien. Car un public participatif est un public fidèle et un public ambassadeur de la marque.

Le transmédia, un outil de fidélisation à long terme

Ainsi, comme nous l’avons vu, le transmédia permet de créer non pas une identité de marque ou d’entreprise, mais un univers de marque ou d’entreprise permettant de diffuser des messages et des valeurs uniques. Cette forme de communication développe un univers fictionnel complexe, que l’on peut prolonger à l’infini, et permet en plus la participation de son public. Mais plus que tout, le transmédia permet de raconter des histoires, des histoires de marques, qui seront plus facilement retenues par le public cible. Si sa mise en place est complexe et fait appel à bon nombre de métiers et compétences qui n’ont pas l’habitude de travailler ensemble, le transmédia storytelling est sans aucun doute le meilleur outil pour faire parler de soi, et ce, sur la durée!

Article rédigé par Mégane Forestier.

 

moi-wp Transmédia : les grands principes pour que ça marche!

Mégane est responsable de l’agence Toile de Communication. Forte de plusieurs expériences en start-up et associations, elle accompagne nos clients dans la mise en place de leur stratégie de communication web.

Partagez cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.