Transmédia & Storytelling

Notions de gamification : de la théorie à la pratique

Publié

Comme je vous l’avais expliqué lors d’un précédent article, la gamification consiste à transformer une action souvent banale en challenge, de manière ludique. Cette technique vient tout droit du monde des jeux vidéo et est aujourd’hui une grande tendance marketing. Cependant, faire de la gamification n’est pas aussi simple que cela. En effet, chaque système de jeu doit être pensé de manière à remplir l’objectif de la marque. C’est pourquoi, il vous faut connaître quelques notions théoriques pour faire de meilleurs systèmes de jeux.

Les 4 grands types de gamification

La première notion à connaître est celle du type de jeux. Selon une théorie de Nicole Lazarro, il y a 4 types de gamification. Le premier est le “easy fun”. Ce type de jeu est directement rattaché à la créativité. On peut comparer cela à des jeux de rôle où un joueur doit faire évoluer et contrôler un personnage. En marketing, les jeux du type “easy fun” peuvent consister à demander à votre cible de produire quelque chose d’original. Ces jeux peuvent devenir viraux car ils sont poussés par la curiosité des joueurs, étant donné que ces jeux sont souvent uniques.

La seconde catégorie est le “people fun”, plus social. En effet, les joueurs cherchent ici le partage et la collaboration avec d’autres. Par exemple, faire un puzzle, résoudre une énigme, peut être du people fun puisque de nombreux joueurs chercheront ensemble des indices. Ce type de jeu est très prisé en transmedia, demandant un engagement plus important de la communauté.

Le troisième type est le “serious fun”. En somme, ce sont tous les serious game qui permettent de former certaines personnes. Le but ici est de changer un comportement ou une façon de penser du joueur. Ce sont des jeux ayant une valeur sociale, culturelle ou environnementale. On ne cherche pas forcément à engager un public, mais à le fidéliser à une vision du monde.

Enfin, la dernière catégorie de gamification est le “hard fun”. Plus complexe que les autres types, ici on cherche à remplir un objectif, à accomplir un challenge. Ce type de jeu n’est pas adressé à tout le monde et ne rentre pas forcément dans une stratégie d’animation social media car ils sont complexes. Ils reposent sur la mise en place de stratégies et sur la maîtrise du jeu pour parvenir au bout. En somme, c’est la chasse gardée de joueurs expérimentés.

Les 4 grands types de joueurs

Connaître sa cible est toute aussi importante en gamification qu’en marketing. Il faut donc savoir à quel type de joueur votre jeu est destiné afin d’être sûr de remplir votre objectif marketing de départ. C’est Richard Bartle qui nous a offert cette typologie des joueurs. Le premier type de joueur est l’Archiver. C’est le collectionneur, le joueur qui veut finir le jeu entièrement, avoir tous les objets. Pokémon se base sur ce type de joueurs.

La seconde catégorie est le Killer. C’est un joueur compétiteur. Il ne cherche pas à tout savoir de l’univers du jeu, mais plutôt à être le premier, à battre tout le monde. Ce sera sans doute un très bon joueur, puisque très actif, mais mauvais collaborateur et donc meneur. Il est plutôt à préférer sur les jeux en solo et de rapidité.

Le troisième type de joueur est le Socializer ou joueur social. Il est un très bon collaborateur et s’implique au sein de la communauté pour la faire avancer dans le jeu. S’il n’est pas forcément un excellent joueur, il est un très bon stratège et leader. Il faut compter sur lui en marketing afin de mener un groupe vers le même objectif.

Enfin, le quatrième type de joueur est l’Explorer. Ce joueur se rapproche du collectionneur, mais son but ici n’est pas d’avoir tous les objets. Ce qu’il veut, c’est tout savoir du jeu, depuis sa conception jusqu’à sa finalité, en passant par la psychologie et l’évolution de chaque personnage le composant. En somme, c’est un fan, et un très bon fan pour les stratégies transmedia.

Les 2 grands types de récompenses

Passons maintenant à notre dernière notion, celle de la récompense. Centrale à la gamification, vous ne pouvez envisager un système de jeu sans penser à la récompense. A chaque étape de votre jeu, les joueurs doivent pouvoir gagner quelque chose. Il existe deux grands types de récompenses. La première est la récompense symbolique. Ici, le but est de considérer, de reconnaître le joueur. Il peut s’agir de badges, de gain de niveau ou tout simplement d’une appellation spéciale (expert, débutant, intermédiaire). La meilleure récompense est bien sûr la reconnaissance suprême tel que le badge ou l’appellation expert.

Le second type de récompenses est le cadeau tout à fait matériel cette fois-ci. Les jeux social media se basent sur cela pour être viraux. Ici, on offre un super premier lot, très alléchant, et souvent d’autres petits lots. Le premier lot vise à attirer le plus de monde possible, et les petits lots à convertir les autres joueurs. Ce type de récompense est souvent lié à un système de jeu au tirage au sort.

Pour conclure

Nous avons vu dans cet article que penser sa stratégie de gamification demande à connaître 3 grandes notions. Le type de jeu permet de construire la base de votre système. Le type de joueur vous permet aussi de faire cela, mais surtout de savoir si votre jeu s’adresse aux bonnes personnes. Enfin, le type de récompense vous permet de construire un jeu plus ou moins viral, basé sur l’instantanéité (social media), ou sur la durée (fidélisation). A vous maintenant de construire vos jeux.

Mégane est responsable de l’agence Toile de Communication. Forte de plusieurs expériences en start-up et associations, elle accompagne nos clients dans la mise en place de leur stratégie de communication web.

Partagez cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.